Bal des 4’Z’Arts

l'orchestre des 4’z'arts et le choeur du comité

78T, 1954

Nous sommes en 1954 et c’est à l’occasion du Bal des 4’Z’Arts du 25 juin, qui se tient Salle du Coliséum sur le thème des “Dix mille supplices de Hôang-Tung”, que sort ce deuxième 78 tours. Là encore, nous ne parlons pas réellement d’un disque de la fanfare des Beaux-Arts, née il y a peu avec les fanfares des ateliers Madelain et Beaudoin, mais de cela nous en parlerons dans d’autres articles.

Ce disque a été enregistré par le Choeur du Comité de 1954, Comité composé notamment d’André Plisson, Président (1929-2015 / Atelier officiel de Peinture Legueult, puis Dupas), de Gérarld Garand, Vice-président (1928-2013 / Atelier officiel de Peinture Legueult, puis Dupas) et de Bernard Collette, Trésorier (né en 1932 / Atelier libre d’Architecture Dengler). Nous ne connaissons pas la composition de l’ensemble du Chœur du Comité (ils se reconnaitront, nous en sommes sûrs…), chœur accompagné pour l’occasion par l’Orchestre des 4’Z’Arts, véritable orchestre dirigé par Robert Abbadie ( ?-1961).

Ce disque a été pressé à 500 exemplaires numérotés et compte tenu de la fragilité des 78 tours, il est devenu assez difficile à trouver. Personnellement, je n’en ai vu que 3 exemplaires. Ce disque ne possédait pas de pochette illustrée, seule une pochette vierge venait le protéger.

Face A

Macaron de la face A : le Pompier

Comme par hasard, la Face A, reprend “Le Pompier”, thème cher à l’École que l’on retrouvera d’ailleurs enregistré une bonne dizaine de fois tout au long de la discographie. Le thème commence par un hommage tonitruant: “Pour Henri Guillaume, 1892, fondateur du Bal des 4’Z’Arts, un pompier d’honneur !”. Une version assez énergique qui reprend les deux premiers couplets du Pompier. À noter que la présence de l’orchestre, composé de “vrais” musiciens rend cette version plus propre et plus civilisée que celles auxquelles nous sommes habitués…

Face B

Macaron de la face B : Préludes

La Face B prend le titre pudique de “Préludes” . En fait dans la chaude ambiance d’une forme de pince-fesses, on trouve, entre autres, chantés successivement “Pine au cul, Mme Bertrand”, “Plaisir d’amour”, “Bite en Bois”, “Jean Gilles” et quelques paillardes entrecoupées de différents “À poil !” ou “Alors la musique ! Toujours arrêtée ?” (aujourd’hui, on entendrait le devenu célèbre “C’est mou !”).

Ces Préludes se terminent délicatement par un : “… et si tu ne veux pas du disque, je le remets dans ma culotte !”
Le mois prochain, nous parlerons du premier disque de fanfare, même si elle ne portait pas encore l’appellation de fanfare des Beaux-Arts, enregistré en 1953.

Écoute

Afin d’écouter le disque du Comité du Bal des 4’Z’Arts de 1954, vous pouvez cliquer sur ce lien.