Le Monument de Simón BOLÍVAR à Quito en Équateur

Ne boudons pas le plaisir, quelle que soit l’importance de la chose, de parler du rayonnement artistique français à l’étranger et cela d’autant plus si ce rayonnement est lié à l’École des Beaux-Arts.
Ainsi ce mois-ci, il est question d’évoquer l’érection du monument dédié à la mémoire de Simón BOLÍVAR à Quito en Équateur, conçu et réalisé par des élèves et anciens élèves de l’École.

En 1929, la République de l’Équateur lance un Concours International pour l’érection d’un monument à la gloire et à la reconnaissance de Simón BOLÍVAR1 dont l’année 1930 verra le centenaire de sa mort.

Ce concours est organisé par Paul Alfred BAR, peintre et critique néo-impressionniste français qui arriva en 1915 en Équateur et qui fût professeur à l’École des Beaux-Arts de Quito, la capitale, pendant dix ans.

Gravure de Simón BOLÍVAR.

Ce concours comporte trois récompenses :

  • Le premier prix : l’exécution du monument.
  • Le deuxième prix : une somme de 30.000 francs.
  • Le troisième prix : une somme de 20.000 francs.

Sont en lice, au total, 154 concurrents groupés dans des équipes réunissant sculpteurs et architectes et représentant 12 nations différentes.

Le jugement du concours intervient à la fin de l’année 1929. Il est présidé par Aristide MAILLOL (1861-1944 / peintre, sculpteur et graveur, ancien élève de l’atelier officiel de Peinture CABANEL à l’École des Beaux-Arts).
Au final, ce seront cinq équipes qui seront primées puisque les 2ème et 3ème prix comportent des ex-aequo ; et parmi elles, dont celle gagnante, trois équipes sont françaises et composées d’élèves et d’anciens élèves de l’École des Beaux-Arts.

Premier Prix du Concours du monument Simón BOLÍVAR - Projet.
Premier Prix du Concours du monument Simón BOLÍVAR - Maquette 3

Le premier prix est ainsi attribué à une équipe composée de deux sculpteurs et de trois architectes qui sont :

  • René LETOURNEUR (1898-1990). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier officiel de Sculpture MERCIÉ en 1916, puis admis à titre définitif à l’atelier officiel de Sculpture BOUCHER2 en 1921.
    René LETOURNEUR obtient le 1er Grand Prix de Rome de Sculpture en 1926.
  • Jacques ZWOBADA (1900-1967). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier officiel de Sculpture INJALBERT en 1918, admis à titre définitif en 1923. Jacques ZWOBADA obtient le 2ème Second Grand Prix de Rome de sculpture en 1928.
Épreuve finale de Jacques ZWOBADA (Bas-relief en plâtre) pour le Concours de Rome de 1928. 
Sujet : « Vocation de Saint François d’Assise ».
Épreuve finale de Jacques ZWOBADA (Bas-relief en plâtre) pour le Concours de Rome de 1928. Sujet : « Vocation de Saint François d’Assise ».

  • René MAROUZEAU (1898-?). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier libre d’Architecture GROMORT, admission en 1921, diplôme en 1925.
  • Félix BRUNAU (1901-1990). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier libre d’Architecture GROMORT, admission en 1920, diplôme en 1927. Logiste au Concours de Rome en 1927 et en 1928.
  • Louis Émile GALEY (1904-1997). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier libre d’Architecture GROMORT, admission en 1923, diplôme en 1931. Il devient cinéaste après la 2ème guerre mondiale.

    Le deuxième prix est remporté par une équipe italienne ex-aequo avec une équipe française, cette dernière étant composée de :

    • Félix JOFFRE (1903-1989). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier officiel de Sculpture BOUCHER.
      Félix JOFFRE obtient le 1er Grand Prix de Rome de Sculpture en 1929.
    • Pierre SONREL (1903-1984). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier libre d’Architecture DEGLANE, admission en 1921, diplôme en 1928.
      Pierre SONREL sera chef d’un atelier libre d’Architecture de 1945 à 1954.

    Le troisième prix est décerné à une équipe polonaise ex-aequo avec une équipe française, cette dernière étant composée de :

    • Paul BELMONDO (1898-1982). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier officiel de Sculpture BOUCHER.
      Grand Massier des sculpteurs à la Grande Masse des Beaux-Arts en 1926, professeur de dessin de 1952 à 1968 à l’École des Beaux-Arts.
    • Marcel GOGOIS (1899-?). Élève à l’École des Beaux-Arts à l’atelier libre d’Architecture Pierre ANDRÉ, admission en 1917, puis élève à l’atelier libre d’Architecture DEGLANE, diplôme en 1923.

    Un crédit de deux millions de francs est alloué à l’équipe lauréate LETOURNEUR et ZWOBADA pour fournir la partie sculpture exécutée en bronze.

    Jacques ZWOBADA et René LETOURNEUR en 19314.

    Ceux-ci mettront quatre ans, de 1929 à 1933, pour exécuter et achever ce monument colossal dans l’atelier qu’ils ont spécialement acquis à Fontenay-aux-Roses.

    Moulage de la statue équestre de Simón BOLÍVAR5.
    Détail du Monument6.

    Le monument est érigé dans le « Parque La Alameda » à Quito et est inauguré officiellement le 24 juillet 1935 par José María VELASCO IBARRA (1893-1979), Président de la République de l’Équateur.

    Monument Simón BOLÍVAR dans le « Parque La Alameda » à Quito.

    Notes et références

    1. Simón BOLÍVAR (1783 – 1830).
      Le nom de Simón BOLÍVAR, le « Libertador », est associé au combat militaire et politique que ce dernier a mené entre 1810 et 1824 pour l’émancipation des colonies américaines de l’Espagne dont l’aboutissement sera la création de la Grande-Colombie (Colombie – Équateur – Venezuela) dont en 1825 il en sera le Président avec le Pérou et la Bolivie (nom adopté en son honneur par le Haut-Pérou).
    2. Voir la filiation de l'atelier officiel de Sculpture Jouffroy
    3. Source : http://www.jacqueszwobada.com/
    4. Source : http://www.jacqueszwobada.com/
    5. Source : http://www.jacqueszwobada.com/
    6. Source : http://www.jacqueszwobada.com/