Filiation de l'Atelier d'Architecture CANDILIS et JOSIC

Publication Auteur
Mai
2019
Christophe SAMOYAULT - MULLER
dit " Mannix "
Archiviste

École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de PARIS
(14 Rue Bonaparte 6ème Arr.)

Atelier Libre puis Officiel(1) d'Architecture créé en 1963

CANDILIS / JOSIC.

Georges CANDILIS
(1913 – 1995)

- Né à Bakou (capitale de l’Azerbaïdjan), il est exilé avec ses parents en Grèce à l’âge de douze ans, obtenant en 1926 la nationalité Grecque.
- Intègre l'École Polytechnique d’Athènes en 1931 où il obtient son diplôme d’Architecte et d’Ingénieur en juillet 1936.
- Enseignant à l'École Polytechnique d’Athènes de 1936 à 1940 puis enseignant de 1940 à 1945 à l'École nationale Sivitanivios pour la formation des techniciens du bâtiment.
- Georges CANDILIS s'installe en France en 1945 et y rejoint l'agence de LE CORBUSIER travaillant notamment avec Shadrach WOODS (1923-1973) sur l'Unité d’habitation de Marseille jusqu'en 1952.
- En 1955, Georges CANDILIS et Shadrach WOODS s’associent avec l’architecte Alexis JOSIC et créent leur agence d’Architecture à Paris qui restera active jusqu’en 1970 environ, date de début de leur séparation.

PORTRAIT_Georges-CANDILIS.jpg
Alexis (Alyocha) JOSIC
(1921 – 2011)

- Né à Stari Becej en Yougoslavie (actuelle Serbie).
- Architecte-ingénieur et peintre, diplômé de la Grande École Technique de Belgrade en 1948, arrive en France en 1953.
- En 1955, Alexis JOSIC s’associe avec Georges CANDILIS et Shadrach WOODS et créent leur agence à Paris qui restera active jusqu’en 1970 environ, date de début de leur séparation.


PORTRAIT_Alexis-JOSIC.jpg

CANDILIS et JOSIC sont chefs d’atelier libre de 1963 à 1967 puis chefs d’atelier officiel de 1967 à 1968.
L’atelier est logé d’octobre 1963 à octobre 1965 dans l’agence Candilis-Josic-Woods située 18, rue Dauphine à Paris (75006). Mais à la rentrée scolaire de 1964 le nombre d’élèves est trop grand pour les 3 petites pièces occupées dans l’agence. Philippe Molle, alors Grand Massier, obtient du Directeur Nicolas UNTERSTELLER l’autorisation d’installer l’atelier dans un des sous-sols d’une annexe de la Melpo (salle Melpomène), salle hélas sans fenêtres mais assez vaste pour contenir tous les élèves de l’atelier. A partir de la rentrée scolaire 1965/1966, l’atelier est logé au Grand Palais à Paris au sein du Groupe C de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de PARIS.

DESSIN_19640323_Grand Palais-Amenagement-Groupe-C.jpg

Plan d’aménagement (23/03/1964) par Pierre VIVIEN pour loger les ateliers d’Architecture du futur Groupe C dans l’aile droite
/ Sources : Archives Nationales, inventaire 19880557/104.


CANDILIS participe à la fondation de l'Unité Pédagogique d'Architecture n° 6 (U.P.A. 6) où il enseigne de 1969 jusqu’au début des années 1980.

JOSIC est Professeur à l'Unité Pédagogique d'Architecture n° 5 (U.P.A. 5) où il enseigne jusqu’en 1974.

Intéressons-nous à la naissance de l’Atelier CANDILIS et JOSIC avec les témoignages des deux principaux protagonistes lors de la création : Philippe MOLLE(2)  et Michel MACARY(3).

Philippe MOLLE :

« A l'atelier Lemamesquier(4) (en 1963), je suis de plus en plus déçu par l'enseignement. Certes je touche à tous les projets que je rends et je ne devrais vraiment pas me plaindre. Mais je me rends compte que les corrections du Patron concernent essentiellement le rendu, l'image que nous présentons au jury, un peu comme s'il s'agissait d'une belle affiche, mais peu le bon fonctionnement du bâtiment étudié et absolument pas ses volumes, puisque aucune maquette ni perspective n'est jamais demandée. J'ai le sentiment que ce n'est pas parce que j'aurai fait une École, si brillante soit elle, que je serai réellement prêt à exercer mon métier. Lors d'une conférence faite par Candilis, Josic et Woods, que j'ai invité à venir présenter le concours du Mirail qu'ils viennent de gagner, je suis particulièrement séduit par leur approche de l'architecture. lls ont étudié ce projet de plusieurs centaines de logements sociaux, qui seront situés dans la banlieue de Toulouse, en ne pensant qu'à leurs futurs habitants aux modestes revenus et absolument pas à l'image du plan masse, c'est-à-dire l'ensemble vu d'avion, qui est notre souci majeur dans nos projets scolaires. lls ont étudié dans le moindre détail l'agencement des pièces de chaque appartement, en pensant à la mère de famille dans sa cuisine, au coin salon pour les adultes, à un espace de jeu pour les enfants, au cheminement entre chaque immeuble et les équipements proches, écoles, commerces, etc... et en ménageant de grands espaces verts, bref en essayant d'offrir un cadre de vie le plus agréable possible. Quarante ans plus tard, quand on verra ce qu'est devenu cet ensemble, zone de non droit, on comprendra qu'il ne suffit pas de construire des logements de qualité pour empêcher la délinquance de ce que l'on appelle pudiquement “les jeunes”.

Mais en cette année 1963, je suis encore plein d'illusion et cette conférence m'ouvre les yeux sur la façon dont je crois devoir exercer mon futur métier.
Le samedi suivant, je demande un rendez-vous à Georges Candilis et il me reçoit très aimablement dans son agence de la rue Dauphine. Je lui propose d'être patron d'un atelier de I'École des Beaux-Arts. Après réflexion, il acquiesce et me demande à quel architecte il va succéder. Je lui réponds “à aucun”, puisque nous avons la possibilité de choisir nous mêmes les patrons des ateliers extérieurs et qu'il s'agit d'un nouvel atelier. ll me demande alors combien d'élèves nous sommes et ses yeux s'arrondissent quand je lui réponds que pour l'instant je suis tout seul. Mais, si nous nous mettons d'accord sur certains principes d'enseignement, je me fais fort d'attirer suffisamment d'élèves pour constituer un bon atelier. Je lui expose alors mes souhaits, notamment qu'aucun projet ne puisse être rendu à l'Ecole sans qu'une maquette n'ait été présentée à l'atelier, que les élèves soient obligés de compléter leur projet de construction par des devis estimatifs, alors que ces contraintes financières ne sont jamais abordées, que les ingénieurs des Bureaux d'Etudes avec lesquels il travaille participent aux corrections de nos projets et que nous organisions chaque année une visite détaillée de ses réalisations en région parisienne et en province. Non seulement il accepte avec enthousiasme, mais il nous accueille dans son agence dont il met trois pièces à notre disposition car nous ne disposons d'aucun local. Josic, également architecte le secondera, mais Woods, qui est sociologue, refuse de participer.
Dommage, car grâce à sa spécialité, il nous aurait sûrement aidés à mieux appréhender la finalité de notre fonction sociale.

Dès le lundi je placarde des affichettes dans I'École, invitant tous les élèves intéressés à une réunion d'information le samedi suivant. Et après deux réunions, nous sommes une cinquantaine d'élèves de seconde et de première classe à constituer ce nouvel atelier. J'en suis élu massier, Thierry Gruber(3) en est le sous-massier et Michel Macary(5) le délégué culturel. Ce jour là est née une profonde amitié, au point que nous rendrons notre diplôme tous les trois en équipe et que nous serons ensuite associés dans la vie professionnelle ».

PHOTO_19661124_Diplome-MOLLE-MACARY-GRUBER.JPG

24 novembre 1966 : Premier diplôme présenté en équipe dans la salle Melpomène de l’École des Beaux-Arts associant, Philippe MOLLE, Michel MACARY et Thierry GRUBER.
Thème du diplôme : « Une maison de l'architecture, germe de ville ».
Le diplôme reçoit le prix GUADET 1966 (Prix du meilleur diplôme de l’année 1966).


« J'informe Noël Lemaresquier que je vais le quitter et je le sens très peiné. Je suis moi-même triste et assez gêné car, même si je considère trop superficiel son enseignement, je suis conscient que c'est bien grâce à lui que je n'ai jamais fait de four à aucun projet, aussi ai-je de la reconnaissance et de l'estime pour lui et je l'aime bien. Curieusement, alors que je suis le seul à avoir quitté son atelier, je serai quelques années plus tard un des seuls trois anciens élèves présents à son enterrement.
Moins d'un mois après mon rendez-vous avec Candilis, l'atelier ouvre ses portes. Nous sommes tous très motivés par cette nouvelle forme d'enseignement et c'est avec beaucoup de sérieux que nous écoutons les corrections de nos deux patrons, souvent complétées par celles de leurs ingénieurs, et que nous réalisons une maquette pour chacun de nos projets. Mais aucun des deux n'est jamais membre des jurys et très peu d'entre nous touchent aux projets que nous rendons. Alors que précédemment je collectionnais les mentions et les médailles, pendant près de deux ans je ne ferai plus que des fours ! » […]

« Pendant toute l'année (1963), je relève consciencieusement les multiples erreurs contenues dans les sujets élaborés par le Professeur de théorie (Louis AUBLET(6), incohérences diverses, échelles des plans incompatibles avec la taille des châssis, oublis de fonctions importantes auxquelles devraient répondre les bâtiments, etc. ».

COURRIER_19631028_Molle-Grand-Massier-Directeur.-ENSBA.jpg

Courrier du 28/10/1963 adressé par Philippe MOLLE au Directeur de l’E.N.S.B.A., Monsieur UNTERSTELLER
/ Sources : Archives Nationales à Pierrefitte


« Après le dernier projet de l'année, j'adresse un rapport détaillé au Directeur de l'Architecture, Max Querrien, avec copie à Untersteller le Directeur de l'École. Quelques jours plus tard, ce dernier me convoque et j'entre dans son bureau inquiet, car je crains un renvoi pour mon impertinence. Mais il m'annonce que Aublet est relevé de ses fonctions et remplacé par Jean Fayeton, architecte renommé. Le lendemain, a lieu en grandes pompes l’inauguration d'une exposition sur Brasilia, par Oscar Niemeyer lui-même qui en est l'architecte. Quand Aublet arrive à l'entrée de la Melpo, la fanfare entonne sur mon ordre le chant des adieux, c'est ma façon d'informer tous les élèves de la bonne nouvelle. Rouge de fureur, il fait demi-tour et disparaît, on ne le reverra plus ».

COURRIER_19640115_GMBA_Demission-Aublet.jpg

Copie du courrier du 15/01/1964 adressé par la Grande Masse au Professeur de Théorie, Monsieur AUBLET
/ Sources : Archives Nationales à Pierrefitte


COURRIER_19640214_GMBA_Demission-Aublet.jpg

Courrier du 14/02/1964 adressé par Philippe MOLLE au Directeur de l’E.N.S.B.A., Monsieur UNTERSTELLER
/ Sources : Archives Nationales à Pierrefitte


« Pendant cette année, je relève également scrupuleusement les résultats de tous les projets, en notant les noms des ateliers des élèves qui ont obtenu une mention ou une médaille et les noms des Patrons présents au Jury. Le résultat est incroyable, il fait apparaître qu'en moyenne plus de 50% des élèves dont le Patron est au jury touchent à leur projet alors que c'est le cas pour moins de 5% de ceux qui n'y sont pas défendus. Je remets également un rapport détaillé aux Directeurs de l'Architecture et de l'École, en faisant de plus observer que les membres des jurys consacrant une seule journée de six heures à chaque jugement alors que plus de sept cents projets sont présentés, ne disposent donc que d'exactement trente secondes par projet, ce qui est à l'évidence ridiculement insuffisant. Je suis aussitôt invité par le Directeur de l’Architecture à participer à une réunion au Ministère de la Culture à laquelle sont aussi conviés le Directeur de L'École et plusieurs Patrons d'ateliers intérieurs et extérieurs. Après de longs débats, la décision est prise de diviser l'École en trois groupes d'ateliers, ce qui permettra à tous les Patrons, extérieurs comme intérieurs, de participer aux jurys de tous les projets.

Cette nouvelle organisation sera appliquée dès la rentrée scolaire suivante et sera complétée par l'accueil dans une aile du Grand Palais des ateliers du Groupe C dont fera partie l'atelier Candilis, qui va enfin pouvoir disposer d’un local convenable, car depuis octobre 1963 nous avons accueilli des admissionnistes et les trois pièces que nous occupons dans l’agence du Patron sont vraiment trop petites pour nous tous ». […]

« Début octobre 1964, l'École rouvre ses portes et je me remets au travail, d'une part à la Grande Masse où je continue d'oeuvrer avec autant de plaisir et d'autre part à l'atelier superbement aménagé au Grand Palais, où je rends tous les projets. Mais maintenant le Patron est au jury et je ne fais plus le moindre four. En quelques mois, j'obtiens mentions et médailles successivement à quatre projets portant sur un centre international de conférences, un pavillon d'exposition du verre, un village de vacances, un grand centre commercial et à nouveau aux concours du Delaon et du Rougevin, avec comme sujets un jardin pour un groupe de logements et un amphithéâtre de géographie. Me voilà diplômable, comme Macary. Quant à Gruber, il ne lui reste plus que la construction à laquelle il a hélas échoué l'année dernière, mais il la réussira sans difficulté dans le courant de l'année. »

Michel MACARY :
« Nous voulions avoir des enseignants architectes plus en phase avec les recherches architecturales de l'époque et capables de consacrer plus de ternps à leurs étudiants. J'ai donc fomenté un départ en militant pour la création d'un atelier extérieur, ce qu'à l'époque, selon la tradition, nous avions le droit de faire. Nous avons sollicité Le Corbusier qui nous a redit que cela ne l'intéressait pas car il considérait que l'École des beaux-arts ne pouvait pas se renouveler d'elle-même. Face à notre désarroi , il nous a conseillé Georges Candilis qui avait travaillé avec lui sur l'unité d'habitation de Marseille et son associé Shadrach Woods.

Christine DESMOULINS dans le livre sur Michel MACARY précise :
« Candilis, dont la notoriété grandissait après avoir gagné le concours du Mirail à Toulouse, avait déjà été contacté par Philippe Molle, élève de l'atelier Lemaresquier ».

Michel MACARY :
« Une trentaine d'étudiants me suivirent et quittèrent l'atelier Beaudoin(7) pour créer l'atelier Candilis-Josic. Il me fut un peu délicat de lui expliquer pourquoi nous partions car le principal reproche que nous lui faisions était le peu de temps qu'il consacrait aux étudiants.
Nous lui avions d'ailleurs fait la même critique un an ou deux avant, et il avait alors demandé à un autre architecte, Louis de Hoÿm de Marien(8) de l'assister, mais ce n'était pas suffisant ».

Christine DESMOULINS dans le livre sur Michel MACARY :
« C'est au sein même de l'agence de Candilis, Josic et Woods, rue Bonaparte (Nota : il s’agit en réalité de la rue Dauphine), à deux pas de l'École des Beaux-Arts, que s'établit cet atelier qui attire très vite beaucoup d'étudiants, parmi lesquels des personnalités aussi différentes que Philippe Molle de l'atelier Lemaresquier et Thierry Gruber (deux des futurs associés de Michel Macary), Didier Morax, Gilles Bouchez, Clément-Noël Douady (Nota : ce dernier n’a en réalité pas été élève de l’atelier CANDILIS-JOSIC) et des étudiants plus jeunes comme Christian de Portzamparc, Antoine Grumbach ou Dominique Montassut qui eurent par la suite un rôle important ».

Michel MACARY :
« Shadrach Woods qui enseignait déjà à Harvard et contestait le système des Beaux-Arts a refusé d'enseigner, mais nous avions Candilis et Josic. Avec Candilis, nous découvrions un patron d'atelier qui nous parlait longuement. Il parlait de Le Corbusier, du rôle social de l'architecte et tout cela était passionnant. C'était quelqu’un qui donnait une réelle ouverture à l'école. Il invitait des élus, comme Louis Bazerque, le maire de Toulouse, mais aussi Jean Prouvé ou des architectes étrangers parmi lesquels des membres de Team Ten, groupe international d'architectes qui travaillaient dans la continuité des Congrès internationaux d'architecture moderne (CIAM). Nous invitions aussi des sociologues, des intellectuels, des historiens... Josic dessinait merveilleusement bien, il nous apprenait vraiment à faire de l'architecture. Il retroussait ses manches pour aider chaque étudiant à faire évoluer son projet, ce qui était très pédagogique.
Beaucoup d'architectes sont issus de cet atelier dont, après avoir été le délégué culturel, j’étais le massier élu par les élèves pour être l’intermédiaire entre le patron, les élèves et l'administration ».

COURRIER_19631107_Masse-Candilis-Josic.jpg

La Masse de l’Atelier CANDILIS-JOSIC 1963/1964. Courrier du 07/11/1963 de Philippe MOLLE au Secrétariat de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.
/ Sources : Archives Nationales à Pierrefitte.


PHOTO_Candilis-Josic-Woods

De gauche à droite : CANDILIS, JOSIC et WOODS 


Parmi les réalisations de l’agence Candilis-Josic-Woods :

1956-1961 : Plan d’ensemble pour l’extension sud de la ville de Bagnols-sur-Cèze (près de Marcoule, dans le Gard) avec la construction d’un ensemble de 1800 logements pour le compte du Commissariat à l’Énergie Atomique et du Ministère de la Construction (Obtention du Grand Prix de l’Urbanisme décerné en 1959 par le Ministère de la Construction)



1954 - 1956 : Cité à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis pour le compte d’Emmaüs

DESSIN_Cite_Aulnay-sous-Bois.jpg

Dessin en perspective d’un bâtiment de la Cité



1956 - 1962 : Cité de l’Etoile à Bobigny en Seine-Saint-Denis pour le compte d’Emmaüs



1956 - 1957 : Cité Pierre-Montillet au Blanc-Mesnil pour le compte d’Emmaüs

PHOTO_Cite-Pierre-Montillet_Blanc-Mesnil.jpg

Façade d’un immeuble de la cité en panneaux sandwichs d’aluminium étudiés par Jean Prouvé.



1959 – 1962 : Immeuble d’habitation de 200 logements situé à l’angle de la rue de Vaugirard et de la rue Mathurin-Régnier à Paris (75015) pour le compte de l’Office Public du Logement Familial



1961 - 1962 : École primaire française à Genève (Suisse)

PHOTO_Ecole-Française-Geneve.jpg

Crédit : Pierre JOLY et Véra CARDOT.



1962 - 1965 : Cité artisanale « Les Bruyères » à Sèvres (Hauts-de-Seine)

PHOTO_Centre-artisanal-Les-Bruyeres_Sevres.jpg

Sources : CAPA / IFA / Centre d’archives d’architecture du XXème siècle.



1961-1962 : Plan d’ensemble pour la conception de la Z.U.P de Toulouse-Le-Mirail (Haute-Garonne)



1963 : Lauréats du concours international d’architecture pour le campus de l’Université libre de Berlin (Allemagne). Réalisation 1967/1974



1967-1975 : Réalisation de la Faculté des Lettres de la Z.U.P de Toulouse-Le-Mirail (Haute-Garonne)



Notes


(1) Concernant la genèse de l’Ecole des Beaux-Arts et de l’enseignement : voir la « brève historique » de juin 2015. (retour)

(2) Philippe MOLLE, Mémoires d’outre mers, Paris, L’Harmattan, 2005, pages 196-197-198-208-209-2010-2011.

Philippe MOLLE, né en 1935, est élève de l'atelier d'Architecture officiel Noël Le MARESQUIER (admission en 1954, 1ère classe en 1962), puis élève en 1963 de l'atelier libre CANDILIS et JOSIC (diplômé en 1966 / Prix GUADET du meilleur diplôme 1966 avec Michel MACARY et Thierry GRUBER) ; Président Grand Massier de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts du 21/02/1962 au 02/03/1966. (retour)

(3) Michel MACARY, Michel MACARY, Architecte, textes de Christine DESMOULINS, Paris, Editions PC, 2014, pages 17-18.

Michel MACARY, né en 1936, est élève de l’atelier officiel BEAUDOIN (admission en 1958, 1ère classe en 1962), puis élève en 1963 de l'atelier libre CANDILIS et JOSIC (diplômé en 1966 / Prix GUADET du meilleur diplôme 1966 avec Philippe MOLLE et Thierry GRUBER).
Enseignant assistant dans l’atelier de CANDILIS et JOSIC de 1967 à 1968 puis enseignant à l'Unité Pédagogique d'Architecture n° 6 (U.P.A. 6) de 1969 à 1972. (retour)

(4) Noël LEMARESQUIER  dit Noël Le MARESQUIER (1903 – 1982).
- Elève de l’atelier libre LALOUX (admission en 1922, 1ère classe en 1925, diplômé en 1928, 1er Second Grand Prix de Rome d’Architecture en 1930).
- Chef d’atelier libre de 1951 à 1953 (origine LALOUX), l’atelier devenant officiel à partir de cette date.
- Chef d’atelier officiel de 1953 à 1968.
- Participe en 1969 à la fondation de l'Unité Pédagogique d'Architecture n° 4 (U.P.A. 4) où il sera enseignant jusqu’en 1974. (retour)

(5) Thierry GRUBER, né en 1935, est élève de l’atelier officiel BEAUDOIN (admission en 1958, 1ère classe en 1963), puis élève en 1963 de l'atelier libre CANDILIS et JOSIC (diplômé en 1966 / Prix GUADET du meilleur diplôme 1966 avec Philippe MOLLE et Thierry GRUBER).
Administrateur à la Grande Masse des Beaux-Arts, Délégué à la photothèque (avec Yves LETROSNE de l'atelier d'Architecture officiel Noël Le MARESQUIER), du 03/02/1965 au 02/03/1966. (retour)

(6) Louis AUBLET (1901 - 1980), élève de l’atelier libre DEFRASSE (admission en 1919, 1ère classe en 1921) / 1er Second Grand Prix de Rome d’Architecture en 1925. Assistant dans l’atelier libre DEFRASSE (origine BLONDEL / SCELLIER DE GISORS de 1929 à 1937, ouvre un atelier libre de 1950 à 1957 / Professeur de Théorie de l’Architecture à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de 1957 à 1964 en remplacement d’André GUTTON (1904 – 2002). (retour)

(7) Eugène BEAUDOIN (1898 – 1983), élève de l’atelier officiel PONTRÉMOLI (admission en 1917, 1ère classe en 1921), / 1er Grand Prix de Rome d’Architecture en 1928.
Il est chef d’atelier libre de 1937 à 1943 (origine DAUMET) puis ouvre un atelier libre en 1950 ou en 1951 qui devient officiel en 1952. Enseigne jusqu’en 1967. (retour)

(8) Louis de HOŸM DE MARIEN (1920 – 2007), élève de l'École des Beaux-Arts de Toulouse (admission en 1940, 1ère classe en 1945), puis élève de l’atelier libre Noël Le MARESQUIER (diplômé en 1951/ Prix GUADET du meilleur diplôme 1951) / 1er Grand Prix de Rome d’Architecture en 1951. (retour)

PORTRAIT_Philippe-MOLLE.jpg

Philippe MOLLE

PORTRAIT_Thierry-GRUBER.jpg

Thierry GRUBER